Archive mensuelle 22 avril 2020

Cette plante peut sauver des millions de vies (et l’OMS n’en veut pas)

Auteure du livre « Artemisia : une plante pour éradiquer le paludisme », Lucile Cornet-Vernet raconte les combats de scientifiques et de citoyens venus des quatre coins du monde, pour faire admettre à l’OMS et à l’industrie pharmaceutique les vertus de l’artemisia annua, une plante qui peut terrasser la malaria. Au passage, elle évoque les impasses et les manquements d’une recherche scientifique soumise aux intérêts du monde de l’argent, et bien peu sensible à l’open-source et au « non-profit ».
Lucile Cornet-Vernet

Livret pratique des plantes médicinales de la pharmacopée martiniquaise pouvant être associées à la lutte contre le Covid-19

Cliquer dans l’image ci-dessous ou le lien en bas pour télécharger le livret PDF

La Collectivité Territoriale de Martinique valorise le travail des chercheurs martiniquais et vous met à disposition le livret pratique des plantes médicinales de la pharmacopée martiniquaise pouvant être associées à la lutte contre le COVID-19 et ses effets.

Les plantes aromatiques et médicinales (PAM) de l’Ethnopharmacopée de la Martinique – environ un millier – seraient susceptibles de fournir de grands services dans cette lutte contre le COVID-19, cette virémie d’origine asiatique qui commence à toucher gravement la population martiniquaise.

Dans l’attente du médicament qui devra stopper la réplication et la croissance du virus, il importe de porter l’attention à 2 éléments du soin : l’immunodéficience et les troubles respiratoires.

Toutes les recettes ici proposées s’appuient exclusivement sur les travaux scientifiques menés par les chercheurs du monde entier ainsi que du réseau pan-caribéen TRAMIL, réseau auquel participe la Martinique (www.tramil.net).

Car les PAM, contrairement aux croyances populaires, ont des effets collatéraux dangereux, interagissent avec les aliments, nutriments et autres médications, et nécessitent donc des précautions d’emploi.

Voir ici le livret pratique des plantes médicinales de la pharmacopée martiniquaise pouvant être associées à la lutte contre le COVID-19 et ses effets.

Sources : Collectivité Territoriale de Martinique

Jonathan Théodose a créé CoviData, une plateforme de données sur le Covid-19

coronavirus

Théométrics

 

©Théométrics-MartiniqueLa1ere

Au fil des jours de confinement, l’ingénieur en informatique, a rassemblé des informations chiffrées de Martinique, de France et du monde. Des données que Jonathan Théodose a publié sur une plateforme d’analyse de la propagation du Covid-19 baptisée CoviData.

Je voulais contribuer à la lutte contre cette pandémie très grave en aidant les citoyens qui peuvent être anxieux, les médias ou le corps médical à avoir de vrais outils pour surveiller cette propagation.

C’est ainsi que Jonathan Théodose explique les raisons qui l’ont motivé à créer CoviData.

Cette plateforme d’analyse de la propagation du Covid-19 mise à disposition gratuitement permet de suivre l’évolution du virus en Martinique, en France et dans le monde entier, en fonction du nombre de cas, de décès, d’hospitalisation et de guérison.

Une évolution analysée au jour le jour

Le fruit de plusieurs semaines de travail de Theometrics Consulting. Une société spécialisée dans le reporting et la valorisation de données, créée en mai 2014 et hébergée par l’incubateur de Start Up d’une des banques coopératives et mutualistes les plus importantes de l’île.

Ainsi, l’ingénieur en informatique décisionnel a commencé à s’intéresser aux données sur le Covid-19 dès le 1er jour de confinement (17 mars 2020).

Il a fallu rechercher les sources de données. La plus fiable pour le monde vient de l’université Johns Hopkins qui consolide des données qui sont remontées par le monde entier. Il y a une actualisation toutes les 2 heures. J’ai fait un focus Outre-mer plus fin parce que je passe directement par les données de l’ARS (Agence Régionale de Santé).

Il a fallu mettre en forme ces informations dans une base de données pour ensuite présenter tous les graphiques et toutes les évolutions disponibles sur la plateforme.

La plus grosse partie était de répertorier une source fiable, raconte Jonathan Théodose.

Des données utilisées par Martinique la 1ère

Après une première collaboration sur la carte interactive des candidats aux élections municipales et communautaires de mars 2020, le chef d’entreprise a mis ces informations à la disposition du site internet de Martinique la 1ère afin de permettre aux internautes d’avoir un support pour mieux comprendre.

 On aimerait aller plus loin. On aimerait pousser l’analyse avec les services de santé, sur la propagation sur le territoire. Quels sont les cas ? D’où ils sortaient ? Si on peut parler de quartiers infectés ?

J’aimerais pousser l’outil encore plus loin. En donnant la main à des organismes comme l’ARS. Mais il faudrait que l’ARS donne plus d’information et joue le jeu pour qu’on aille plus loin dans la démarche.
La plateforme est évolutive, on peut encore faire plein de choses, poursuit-il.

En attendant, les données sont actualisées tous les jours pour la Martinique et toutes les deux heures pour le reste du monde.

Coronavirus : Edouard Philippe évoque une stratégie « pour l’instant payante » en outre-mer

Edouard Philippe a rappelé la fragilité sanitaire des territoires d'outre-mer confrontés à l'épidémie.
Edouard Philippe a rappelé la fragilité sanitaire des territoires d’outre-mer confrontés à l’épidémie. © Capture d’écran
Lors d’une conférence de presse, dimanche, faisant le point sur l’épidémie, le Premier ministre a jugé que la situation était « sous-contrôle » en outre-mer. Rappelant la fragilité sanitaire de ces territoires, il a affirmé que la stratégie du gouvernement était « pour l’instant payante ».

Edouard Philippe a assuré dimanche que la « stratégie mise en œuvre » pour limiter la propagation du coronavirus en outre-mer est « pour l’instant payante » et que l’épidémie y semble pour l’heure « sous contrôle ». « Les territoires ultramarins présentent des caractéristiques qui font que leur situation sanitaire est souvent plus fragile que celle qui prévaut dans l’Hexagone », a rappelé le Premier ministre lors d’un point de situation à Matignon.

« C’est la raison pour laquelle nous avons pris des mesures, s’agissant des Outre-mer, très tôt par rapport à la vitesse de circulation du virus », a souligné le Premier ministre, avec l’objectif de « préserver au maximum les territoires et les départements d’outre-mer de l’arrivée et du développement du virus ».

Couvre-feu et quarantaines

« Nous avons pris des mesures plus fortes avec des couvre-feux qui ont été imposés, avec des systèmes de quatorzaines, voire de quarantaines qui ont été imposées pour toute personne arrivant sur les îles ou sur le territoire », a insisté le chef du gouvernement. « Nous étions à 171 lits de réanimation sur l’ensemble des territoires d’outre-mer, avant la crise, nous sommes montés aujourd’hui à 310 lits, l’augmentation est considérable », a-t-il encore précisé.

« Nous pouvons dire aujourd’hui avec beaucoup de prudence que cette stratégie est pour l’instant payante » et que « la circulation du virus est faible », a assuré Edouard Philippe. « Je le dis avec beaucoup de prudence et sans que cela ne doive se traduire par un relâchement des efforts, au contraire, mais l’évolution de l’épidémie semble, compte tenu des mesures qui ont été prises et du bon respect de ces mesures, sous contrôle »,  s’est-il réjoui.

Par avec AFP

 

La liste complète des livres à télécharger gratuitement pendant la période de confinement

La liste complète des livres à télécharger gratuitement pendant la période de confinement

Font Resize
Contrast